PICTOGRAMME. Contrainte : donner la norme portée par un symbole. Par exemple, quelle est la norme portée par les symboles ci-contre ?

Interprétations possibles du premier pictogramme :

Interdit aux chiens?

Interdit aux chiens noirs?

S’applique uniquement aux teckels ?

Est-ce que ça pourrait-être un furet mal fait ?

Certains y voit un basset ou un cochon

 

Questions possibles

  • Quid des animaux sauvages ?
  • Le symbole générique du chien n’est-il pas le berger allemand ? Ou berger australien ?
  • Pourquoi le chien est-il le symbole de l’animal domestiqué ?
  • Le « mal fait » permet de s’interroger sur la question de la « clarté » du droit. A partir de quand peut-on dire qu’une norme est « mal écrite »?

Interprétation du second pictogramme photographié dans la ville de Tianjin (15 millions d’habitants, à une heure de Beijing).

  • Il est écrit à gauche en chinois qu’il faudrait que la compagnie concernée laisse son nom et son numéro et c’est signé par le bureau communal chargé de l’environnement (cela reste des indices et ne donne pas le sens du pictogramme). Il faut ajouter qu’un lac artificiel se trouve à 200 mètres et qu’il vient d’être construit.

Interprétation du 3° pictogramme typique de Montréal qui ne peut se comprendre que si l’on a une clef d’interprétation : le panneau le plus haut est le plus général et l’emporte sur les autres, donc ici cela veut dire que l’on ne peut pas s’arrêter devant (il y a une flèche), en dessous il est dit que l’on peut s’arrêter un peu devant ou derrière pendant une courte période à titre d’exception et en bas à titre d’exception et pour une portion de la rue il est même possible de stationner sauf derrière pendant certains horaires.

Le 4° pris à Montréal suppose de savoir ce qu’est une siamoise : un double raccord pour les pompiers. Les habitants ont l’obligation d’indiquer où se trouve la siamoise.

Le 5° a été pris par Alicia Mazouz en Islande et interdit tout jet de pièce quelque soit la monnaie si l’on fait une interprétation par analogie, mais les billets seraient autorisés.

Le 6° paraît simple, pris à l’Université de Montréal, mais il y a peut-être une difficulté : est-ce qu’il s’agit d’une toilette (toujours au pluriel en France !) réservée aux handicapés quelque soit leur genre alors que l’explication fait référence à tout le monde ? Sinon pourquoi préciser que la toilette est accessible aux handicapés si elle est accessible à tout le monde. L’explication d’un panneau peut susciter plus de difficulté que son absence.

Voir doigt, cabazor 56-59, PV infidèle 9 janvier 2018