The prisoner constraint.

Do not use b, d, f, g, h, j, k, l, p, q, t et y in a law provision and rewrite the provision.

—Art 1 UDHR: « All human beings are born free and equal in dignity and rights ».

becomes

« A human man is corn, veal, rice »

La contrainte du prisonnier, Proposition de Nadia Gssime

La contrainte du prisonnier est une contrainte littéraire inventée par l’Oulipo. Appliquée à l’Oudropo, elle suppose de réécrire un texte de loi en utilisant la contrainte suivante : n’utiliser aucun b, d, f, g, h, j, k, l, p, q, t et y.

Mon choix s’est porté sur l’article 2274 du code civil qui dispose « La bonne foi est toujours présumée, et c’est à celui qui allègue la mauvaise foi à la prouver. »

Le nouveau texte est : « sans source, nous avons cru à une vision sincère ».

voir cabazor 43, verrou