Le Cabazor ou la grande Inversion.

    Léo Manougier.

Rodropo,, de l’été et de l’automne 2017.

voir Prologue O ; chapitre 1chapitre 2 ;  4 ;  5 ; 6 ; 7; 8 ; 9 ; 10 ; 11 ; 12 ; 13 ; 14 ; 15, 16, 17, 18

« Quand je mange un légume, j’ai besoin qu’il provienne d’une chaîne d’amour ». Anonyme.

Chapitre 19.- Époque actuelle.

– Qu’est-ce que tu en penses ? Je vais avoir besoin de toi sur ce coup-là, fait le président d’un ton las. Son vernis d’homme bien élevé, toujours svelte et fluide dans sa manière de parler – parfois seulement un peu cassant – s’est chargé de quelques grumeaux d’inquiétude.

– Je trouve cette affaire bizarre, trop énorme, d’où est-ce que cela peut venir ? redemande Philippe.

– Mon directeur de la sécurité s’est renseigné. L’association vivote depuis longtemps, elle a été fondée pour récupérer des dommages et intérêts dans les actions civiles engagées dans les affaires pénales. C’est un peu une association parasite, mais son président est plutôt un margoulin, il n’a pas vraiment d’ambition.

– Taha, l’avocate, alors ? redemande Philippe

– Oui possible mais elle ne fait rien toute seule, il y a une société derrière. Je suppose que pour se lancer dans un tel rançonnage il faut en avoir sous le coude.

– Mais comment cette société peut-elle agir en sous-main?

– Elle doit se servir d’un third party funding, un fond qui finance les gros procès et qui récupère près de la moitié des gains. L’association n’a pas les moyens de se lancer là-dedans même pour la mise en demeure, elle risquerait trop gros. Le fond doit l’avoir contactée pour lui proposer cette affaire.

– On peut savoir qui investit dans ces fonds ?

– Non c’est très difficile, le fond est au Luxembourg, il y a le secret bancaire. Je suppose que notre concurrent américain est derrière tout çà, mais en affaire il ne faut jamais être trop parano, paraît se dire à lui-même Jacques de Saint M’Hervé.

– Bon, je crois qu’il faut laisser un peu reposer en réfléchissant bien, on a combien de temps devant nous ?

– Après la mise en demeure, l’association ne peut déclencher la procédure que dans 4 mois, cela nous laisse un peu de temps soit pour négocier soit pour préparer nos arguments.

– Et refaire faire l’étude épidémiologique ?

– Il faut des années pour refaire une telle étude et la faire valider au plan scientifique. Il y a déjà une équipe universitaire à Birmingham que nous finançons indirectement qui s’y est collé, mais il ne faut pas attendre des miracles de ce côté-là en tous les cas pas avant au moins 4 ans.

– Alors il faut gagner du temps.

– Oui, crairie ! Bon, j’ai plein de boulot, merci pour cet échange, on se voit, dans deux jours.

– Avec plaisir. Juste, retenant le président, à propos, ton nouveau chargé(e) de com je lui dis Monsieur ou Madame ?

– Ni l’un ni l’autre malheureux, Vic se bat depuis plus de dix ans pour obtenir la reconnaissance du sexe neutre, la Cour de cassation l’a finalement débouté(e). Son parcours m’a convaincu. J’aime les gens qui ont du caractère et un parcours personnel, c’est pourquoi j’ai préféré recruter Vic You plutôt qu’un profil plus classique. Et puis Vic a contribué à développer la com’ en matière de procès. Il ne suffit pas d’avoir un bon dossier, il faut aussi ne pas faire d’erreur avec l’opinion publique et la presse.

Dans l’ascenseur, Philippe vérifie ses emails. Claude, la chercheuse en théologie, n’a toujours pas répondu, mais il y a un message du directeur de la maison de retraite : « votre grand-mère a disparu, appelez-moi dés que possible ».

Voir chapitre 20, 21